Venez vivre une aventure digne de celle d'Ewilan en Gwendalavir...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
  Un Voyage..Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Talyna
avatar
Admin || Maman Féroce

Date d'inscription : 30/06/2007
Nombre de messages 2008 Féminin
Age : 27 (j'me fais vieille)


Feuille du personnage
Je suis : Maître
Effets personnels :
Mon Bloc note :

MessageSujet: Un Voyage..   Lun 17 Sep 2012 - 10:12

Le Mot Perdu...
Ouvrir ses ailes, et s'envoler...


Nous avions passé la porte, traversé la Frontière entre la vie, et la mort. Mais la mort n’est-elle pas une vie en soi ?

Je fus surprise par l’aspect du lieu dans lequel nous nous trouvions. C’était… une ville ?
Partout, des gens s’affairaient. Devant moi se trouvait un marché aux étales remplis de marchandises disparates et colorées d’où s’échappaient des senteurs inconnues. Un peu plus loin, des badauds se disputaient pour savoir qui possédait le plus bel habit, tandis que d’autres faisaient bronzette sur l’herbe d’un parc, des boissons fraiches à la main. Mais le plus étonnant restait la ville en elle-même. C’était un assemblage ahurissant d’habitations toutes plus étranges que les autres, chacune semblant s’adapter aux goûts (et aux égos parfois démesurés) de leurs propriétaires. Des tours vertigineuses côtoyaient ainsi des maisons bases et de modestes pavillons, des manoirs luxueux, des fermes, voire de simples huttes de bois. L’édifice le plus imposant et le plus stupéfiant restait toutefois une étrange habitation, creusée dans le tronc creux d’un arbre immense. Le tout semblait de loin constitué uniquement de brume colorée. Et lorsqu’on s’approchait, la brume prenait l’aspect de la matière dont le bâtiment était constitué.
J’étais face à ce spectacle comme un enfant qui découvre Al-Jeit pour la première fois : figée de stupeur et d’émerveillement.

Ellundril me laissa observer la ville tout mon saoul, avant de m’entrainer dans un dédale de rues qu’elle semblait connaitre par cœur. Nous marchâmes longtemps, combien de temps ? Je ne sais pas. Une seconde ? Une éternité ? Le temps n’a plus court ici..

Enfin nous arrivâmes. Où ? Aucune idée. Nous y étions, et cela me suffisait. Je sentais le soleil sur ma peau, et le vent me susurrer à l’oreille les secrets de la brume.
J’étais moi et je n’étais rien.
J’étais moi et j’étais tout.

C’est alors que je les aperçus. Ils étaient là, paisiblement attablés sous une tonnelle recouverte de glycine fleurie, devant une maison qui ressemblait à s’y méprendre à celle que j’habitais dans cette autre vie qui était la mienne.
Ils me regardaient d’un air étonné, surpris de me voir là, sans doute. A moins que ce ne soit la présence d’Ellundril Chariakin à mes côtés qui les troublât. Pendant un moment, nous nous fixâmes sans bouger. Cela faisait bien 17 ans que je ne les avais pas vu, et ils restaient semblables à mon souvenir. J’ignorais comment ils étaient morts, mais au moins, ils s’étaient retrouvés. Je m’approchai.
Ils me serrèrent dans leurs bras, et soudain, je n’eus plus peur de moi. Je regardai mes parents, et j’étais heureuse. Je savais qui j’étais. J’étais leur fille. J’étais Talyna.

Ellundril m’observait de loin, un sourire énigmatique sur son visage ridé. Je lui adressai un signe de tête reconnaissant.

Nous parlâmes une éternité, et petit à petit, je me retrouvai. Mes souvenirs, mes sentiments, ma personnalité, tout ce qui faisait que j’étais moi. Et pourtant, quelque chose manquait. Mes parents étaient là, incarnant tout ce qui m’avait forgé, mon corps, mon caractère et mon esprit. Mais quelque chose manquait. Je dus les quitter.

Mon voyage continuait.

Ellundril m’attendait, et sans que j’aie le temps de lui expliquer quoi que ce soit, elle m’entraîna à nouveau au loin, dans un endroit totalement différent de la ville où nous nous trouvions au départ. C’était une forêt, profonde, impénétrable, inextricable fouillis de racines et de buissons.
Nous la traversâmes comme s’il s’était s’agit d’une simple chape de brume. Brume… Ce mot évoquait quelque chose en moi, mais il m’était impossible de savoir quoi. Il me manquait quelque chose.
La forêt était derrière nous, invisible, brumeuse et lointaine. Devant nous s’élevait une falaise, immense, vertigineuse, acérée, effrayante. La peur qui m’avait quittée revint, teintée d’incertitude. Elle ne voulait quand même pas que…
- Viens, n’aie pas peur. Grimpons.

Ellundril avait parlé d’une voix douce, rassurante, confiante. Pourtant, je ne voulais pas.
- Je ne peux pas, je vais tomber.
- Tu ne tomberas pas Talyna. Tu ne tomberas jamais, car il t’a offert des ailes.


Il ? Qui donc ? J’aurais donc des ailes ?

Je la suivis sur la paroi, découvrant avec surprise que grimper cette masse écrasante de verticalité, aux prises rares et minuscules et aux surplombs infranchissables m’était aussi facile que de respirer. J’avais donc des ailes ? Mais qui suis-je ?

C’est au sommeil que se trouvait l’ultime réponse.

Je la reconnut tout de suite. Sa silhouette fine, ses longs cheveux noirs. Comme à son habitude, elle était plongée dans cette gestuelle si particulière. Mouvements souples et fluides. Pure Harmonie.

Elyon.. Le nom résonna dans ma mémoire, et je me souvins.
Elyon, la plus grande Marchombre de son temps.
Elyon, qui m’avait accueillie sur la Voie lors de la cérémonie de l’Ahn-Ju.
Elyon que mon maitre avait aimée comme un fou.
Mon Maitre, Kaien, qui m’avait offert mes ailes.
Et comme elle, je m’envolais. Marchombre. J’étais Marchombre.

Le mot perdu s’incrusta dans mon cœur et dans mon âme. Je le respirais, je l’entendais chanter en moi, m’appeler. J’étais moi. J’étais Marchombre.


La vie est une chute perpétuelle, à toi d'apprendre à voler...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Un Voyage..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Ewilan :: Continent de Gwendalavir :: Territoire Neutre :: Pays Faël et forêt de Baraïl-